Tract Intersyndical CGT/CFTC/CGC NAO 2018 du 13 fevrier

Pour gagner une politique salariale TCS ambitieuse, qui valorise à leurs justes valeurs, les qualifications et les compétences que je mets au service de l’entreprise au quotidien :
#1 – Je reste mobilisé et déterminé
#2 – J’en discute avec mes collègues
#3 – Stratégie, transformation, enjeux : «L’avenir appartient à ceux qui se bougent !!! » 

NAO 2018 où en sommes-nous ?

Les NAO 2018 sont toujours en cours. Voici les dernières propositions que la direction a annoncées à la 4ème réunion de NAO qui a eu lieu le vendredi 2 février.  Globalement, la politique salariale 2018 de TCS serait de + 2,4% (2,2% de mesures générales et 0,2% de spécifique), soit seulement 0,2% de mieux par rapport aux premières propositions.

Mesures générales :

Mesures spécifiques :

  • Budget spécifique « jeunes » de 0,1% pour les salariés en CDI de 32 ans ou moins au 31/12/2017, distribué en même temps que la politique salariale, de façon rétroactive au 1er janvier.
  • Budget spécifique de 0,1% pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, distribué au 1er mai de façon rétroactive au 1er janvier.
  • Reconduction de l’application du minima conventionnel +5%, sous réserve de la bonne tenue du poste (idem 2017).
  • Mini du 13e mois des mensuels : 2450 €.
  • AI mini de 1% pour les IC qui ne sont pas en inadéquation.

«Appel à une AG dès le 29/01/2018, pour avoir un rapport de force avant les négociations» ???

Comme vous le savez les NAO ont lieu tous les ans, et pour ce qui concerne les NAO 2018 la première réunion avec la direction, a eu lieu le 13/12/2017. En intersyndicale, nous avons tenté d’amorcer le mouvement NAO dès début janvier, mais il fallait attendre les premières propositions salariales de la direction qui sont arrivées le 22/01/2018. Là encore il fallait attendre « pour se donner le temps de préparer au mieux l’AG MASSIVE » enfin du 29/01/2018.

Un rapport de force ça se construit dans la durée, et la mobilisation des salariés ça ne se décide pas en claquant des doigts. Aussi il nous a semblé que, même si nous démarrions un peu tard la mobilisation, les salariés étaient au rendez-vous (1ère AG : 270 salariés en débrayage).

La semaine dernière, l’intersyndicale réduite (CGT, CFTC, CFE-CGC) du site de Cholet, a pris l’initiative de proposer une pétition à la signature des salariés du site de Cholet, vendredi matin 2 février, jour de réunion de NAO TCS : 537 salariés l’ont signée (244 Mensuels et 293 Ingénieurs et Cadres). Ce résultat a été communiqué dès le matin aux DSC et à la direction, présents à cette réunion à Gennevilliers.

L’intersyndicale TCS (tous sites confondus), elle aussi réduite, réunie le vendredi midi a décidé d’étendre cette pétition à l’ensemble des sites de TCS.

A ce jour, ce sont déjà 1978 salariés qui l’ont signée (BRIVE : 113, CHOLET : 537, GENNEVILLIERS : 744, LAMBERSART : 153, LAVAL : 146, VELIZY : 285), soit plus de 30% de l’effectif TCS !!!

 Après les difficultés hivernales de ces derniers jours, notamment en région parisienne, la signature de la pétition a repris ce lundi à Vélizy, nous devrions alors dépasser les 2000 signatures sans problème.

« Le temps de la mobilisation et de l’action serait révolu » ???

Ce qui contraint la direction à proposer de nouvelles mesures et de nouveaux rendez-vous, c’est la mobilisation des salariés, lors de nos AG du 29 janvier, des boycotts du Road Show de la direction du 30 janvier et des pétitions. C’est réellement bien la somme de toutes ces actions, coordonnées sur tous les sites de TCS, qui permet à l’ensemble des représentants du personnel des organisations syndicales représentatives présents à  la table des NAO TCS, de peser sur les propositions de la direction.

Certains se « targuent » que cela ne serait que de leur fait, alors qu’ils ont fait le choix de l’inaction, et de la désunion. Les salariés ne doivent pas être dupes de ces basses manœuvres d’appareil syndical.

Le syndicalisme de salon pratiqué par ces derniers, où les salariés n’auraient qu’à attendre patiemment les ultimes propositions de la direction, n’est résolument pas le sens de notre démarche. Bien au contraire, nous souhaitons plus que jamais, que les salariés se saisissent de leurs propres revendications, et puissent ensuite intervenir lors des négociations. Mais pour cela il faut mettre les propositions syndicales, et les modalités d’intervention en débat avec les salariés.

Au-delà de ces NAO 2018 qui ne sont pas terminées, il nous faut dès à présent envisager notre agenda pour les prochaines négociations qui débuteraient dans . . . 10 mois, et que nous pourrions imposer à la direction. Il en serait peut-être terminé de la sempiternelle série « NAO TCS saison n+1 ».

Alors demain, on continue ??? :

La Direction vient de reporter la réunion NAO prévue initialement la semaine dernière, avec H. DERREY, L. CARCASSONNE, N. FICHET et N. PROST, au jeudi 15 février 8h30-9H30.

Nous vous proposons de nous rassembler aux grilles de l’entreprise ce jeudi matin jusqu’à 9h30, pour exprimer une nouvelle fois notre détermination à obtenir une meilleure politique salariale à TCS . . .

 

« Ce qui est important, ce n’est ni d’être optimiste, ni pessimiste, mais d’être déterminé » (Jean MONNET)

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *