Propositions de la CGT pour la réforme des retraites

A quel âge pourra-t-on demain partir à la retraite ? Avec quel montant de pension Comment assurer durablement le financement du système ? C’est pour répondre précisément à ces questions que la CGT formule les propositions qui suivent.  Ces propositions que la CGT avait mises au cœur du débat sur la réforme des retraites Fillon en 2010 restent de pleine actualité si l’on veut répondre aux besoins des salariés, des retraités, trouver les financements nécessaires.

Les droits

  • Taux de remplacement 75 % minimum pour une carrière complète.
  • Pas de pension inférieure au SMIC (revendiqué par la CGT) pour une carrière complète.
  • Ouverture du droit à retraite à 60 ans pour tous.
  • Départ anticipé avec pension complète dans le cadre de la reconnaissance de la pénibilité.
  • Validation des années d’études.
  • Validation des périodes de précarité subie.
  • Indexation pensions et salaires portés au compte sur salaire moyen.
  • Retour aux 10 meilleures années pour la détermination du salaire annuel moyen du privé.
  • Renforcement des mesures solidaires, notamment celles qui concourent à corriger les inégalités femmes-hommes.

Le financement

Si l’on veut sortir notre système de retraite de la dynamique régressive qui consiste, notamment, à reculer l’âge de la retraite, diminuer le taux de remplacement, allonger la durée de cotisations, il faut assurer un niveau de ressource pérenne et croissant. Il faut réformer en profondeur le financement.

  • Toutes nos propositions ont pour effet de générer des emplois et donc des cotisations.
    • Suppression des exonérations et instauration de la double modulation des cotisations dites « patronales » (≃10 Mds)
    • Élargissement de l’assiette de cotisations à l’épargne salarial (intéressement, participation…) et aux primes pour les fonctionnaires (≃10 Mds)
    • Mise à contribution des revenus financiers des entreprises (≃20 Mds).
    • Augmentation en tant que de besoin des cotisations (en priorité les cotisations dites « patronales ».
  • Naturellement, conquérir de l’emploi pérenne, bien rémunéré avec de bonnes conditions de travail est un passage obligé pour financer durablement une protection sociale de haut niveau.
  • Exemple : le respect de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes apporterait un solde positif de 5 milliards d’€ dès 2015 et près de 10 milliards d’€ en 2020.

Coordination et solidarité

La CGT propose la mise en place d’une maison commune des régimes de retraite afin de coordonner et de solidariser les régimes sur la base :

  • D’un socle commun de droits et de garanties (nivellement par le haut) tout en tenant compte des particularités attachées à chaque régime et de la nécessité de maintenir des modes différents d’acquisition et de restitution des droits.
  • D’une harmonisation par le haut des droits solidaires (minima, droits familiaux et conjugaux, précarité, handicap…).

En outre, la maison commune des régimes de retraite permettra :

  • Le traitement de la question des polypensionnés.
  • Le pilotage des compensations entre régimes.

Enfin, les délibérations au sein de la maison commune des régimes de retraite seront assurées par des représentants des salariés élus.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *