Cholet 2, NAO, crise des composants… Le point du mois de Mai

En ce moment, il se passe plein de trucs, et c’est difficile de parler de tout. Ce mois-ci, on vous fait un petit point sur Cholet 1, Cholet 2, les NAO (mais pas trop, promis) et enfin la crise des composants qui frappe le monde et donc, Thales.

CONNECT : Perfuser Cholet 1…

Cholet 1 doit survivre ! Il y aura des salariés Thales ici au moins pour les 10 ans à venir… Et comme Cholet 2 n’arrivera pas avant 2023, il faut bien absorber la croissance. Deux nouveaux modulaires de 800m² chacun vont donc fleurir sur le site au seul endroit où il y a encore de la place (voir ci-contre), c’est-à-dire le parking de la ferme !

Donc, il y a de plus en plus de monde, nous manquons déjà de place de parking et nous aurons un parking de moins. A priori, la solution du parking modulaire démontable (voir notre tract de novembre 2020) est tombée à l’eau… Il faudra donc aller plus loin encore pour se garer sur l’ancien parking de Dorel (usine abandonnée).

On vous a fait un petit schéma, pour résumer (voir ci-contre), mais voici ce qui pourrait vous arriver dans les prochains mois à venir : arriver sur le parking actuel, tourner pendant 15 minutes sans trouver de place, ressortir, aller vous garer sur le parking de l’autre côté de la rue, traverser à pieds une avenue très passante, passer à côté du V&B (ça c’est la seule bonne nouvelle) et traverser tout le parking à pieds. Au total, ça fait une demi-heure de perdue, sans compter l’impact carbone et le risque d’accident.

Il nous a été confirmé que la solution du parking modulaire a été abandonnée pour des raisons purement économiques, au mépris donc de toute considération écologique, logistique et humaine.

… En attendant Cholet 2.

 Heureusement, Cholet 2 arrive, avec son lot de questions. Et puisqu’on parlait d’écologie, question habillage, le travail est fait : parking couvert de panneaux solaires, plan d’eau, verdure… On en viendrait presque à oublier qu’il s’agit d’artificialiser 17 hectares de zone humide. Nous sommes entourés (presque littéralement) de bâtiments et de terrains industriels à l’abandon, mais nous trouvons encore le moyen de détruire des zones agricoles pour nous étendre… Encore une fois, la considération est purement économique : ça coûte trop cher de dépolluer à côté, alors on va polluer plus loin. La dure logique du profit.

Concernant l’aspect du site, nous partageons gracieusement avec vous un extrait du plan de masse du site (ci-dessous)… Verdure et plan d’eau borderont un grand parking bétonné et trois bâtiments de R&D (B1, B2 et B3) ainsi qu’un magnifique bâtiment d’accueil (A). Un nouveau bâtiment social ? Une nouvelle salle de sports ? Pour l’instant, ce n’est pas prévu. Les cuisines de Cholet 1 étant trop limitées pour fournir le nouveau site, la direction a du se résoudre à prévoir une cuisine et un lieu de restauration sur Cholet 2. Au-delà de ça, rien n’est prévu… Il faudra continuer d’utiliser les installations de Cholet 1 pour le sport et la culture. Comment espérer attirer des salariés de Genneviliers sans leur proposer des installations sinon équivalentes, au moins décentes ?

Extrait du plan de masse

NAO : Poing presque levé pour la CFDT

Vous avez certainement reçu un mail de la CFDT la semaine dernière à propos des NAO. Un mail plein de contradictions auquel nous aimerions prendre le temps de répondre. Tout d’abord, la CFDT reproche aux salariés leur trop faible mobilisation lors de l’action intersyndicale (mail « PAS CONTENT ») et les rend responsables de l’absence d’autres actions intersyndicales par la suite… Nous aimerions rappeler que si « L’intersyndicale CFDT, CFTC et CGT […] a décidé collégialement de ne pas proposer d’autres actions », c’est avant tout parce que la CFDT et la CFTC s’y sont refusées ! La CGT étant seule à appeler à se mobiliser autrement que par un envoi de mails, nous avons décidé seuls de cesser le travail trois jeudis de suite, et de nous rassembler devant le site.

La CFDT indique également ne pas être partisane de la politique de la chaise vide, mais confirme ne pas avoir siégé aux négociations sans pour autant avoir appelé au boycott et à la mobilisation… Mais rassurez-vous, ils ne sont pas résignés pour autant ! La CGT appelle donc officiellement la CFDT à cesser la parodie de mobilisation face à la parodie de négociation. Nous sommes pour une mobilisation collective et rejoindrons bien évidemment toute action lancée par la CFDT ou la CFTC.

Crise des composants : comment on s’en sort ?

Vous en avez certainement entendu parler : le monde traverse en ce moment une crise des composants électroniques. La crise covid a provoqué une baisse de production accompagnée d’une hausse de la demande liée à l’augmentation du télétravail. Le site de Cholet n’est pas épargné puisque les problèmes d’approvisionnement pourraient mener certaines de nos lignes à être interrompues durant 1 à 4 mois. Depuis longtemps déjà, la CGT plaide pour une relocalisation de la production qui limiterait les impacts de telles pénuries sur nos industries. Encore une fois, les considérations économiques court-termistes l’ont emporté sur la planification à long-terme.

Pendant ce temps, à Thales, on envoie à la déchetterie des tonnes de composants encore en état de fonctionnement. Le sujet a été porté par la CGT lors du dernier CSE, et la direction a confirmé qu’aucune vérification n’était menée sur l’état des composants électroniques mis à la poubelle. Il est pourtant de notoriété publique que certains salariés fouillent les poubelles à la recherche de câbles ou d’appareils en parfait état… Oui mais voilà, c’est encore moins cher de jeter des composants qui marchent pour en racheter plutôt que de payer quelqu’un pour les trier. Encore une fois, de l’économie et de l’écologie, qui l’emporte ?

Vous en avez assez des mesurettes écolo purement esthétiques ? Vous n’aimez pas passer une heure par jour à tourner sur un parking ? Vous voulez une vraie mobilisation ? Syndiquez-vous. A la CGT évidemment.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.