Déclaration CGT – TCS Sur les orientations stratégiques 2017 de Thales Communications & Security SAS et leurs conséquences.

Nous sommes amenés ce jour à donner un avis sur les orientations stratégiques de Thales Communications & Security SAS.

  • La CGT constate que la stratégie du Groupe, et donc des GBU SIX et Transport, est avant tout basée sur le dogme des 10% d’EBIT. Ce dogme est si important qu’il passe avant tout, avant l’investissement, la qualité de vie au travail , les salaires, etc. Il engendre de nombreux problèmes d’organisations et une dégradation des conditions de travail un peu partout.
  • L’emploi est le grand oublié de cette stratégie qui est uniquement vue par le prisme des gains de compétitivité et de profitabilité. Les organisations de travail mises en place vont d’ailleurs dans ce sens alors que de nombreux besoins se font sentir partout. Il faut toujours faire plus avec moins. D’ailleurs cela vient aussi de la stratégie du Groupe, avec pour rappel les propos du PDG, M. Caine, en comité européen, déclarant que l’emploi n’est qu’une conséquence (on aurait presque pu entendre « néfaste »)  des prises de commandes et chiffre d’affaire en croissance. Thales, société qui se dit socialement responsable, devrait avoir comme 1er élément de stratégie, l’Emploi, grande cause nationale.
  • Enfin, on ne voit toujours pas apparaitre dans cette stratégie une volonté de diversification vers le civil. La CGT propose depuis de nombreuses années d’ouvrir dans le Groupe une GBU médicale, qui est non seulement sur un marché rentable, en croissance mais qui en plus répondrait à un besoin des citoyens et de l’Etat (en permettant de faire des économies pour la Sécurité Sociale)…De plus, Thales a les moyens d’investir dans ce domaine, au vue de la trésorerie disponible (pour preuve les acquisitions de sociétés aux Etats Unis d’Amérique notamment). Enfin, nous avons les technologies qui pourraient répondre à plusieurs problématiques posées dans le domaine médical. On peut citer deux exemples :
    • Les hôpitaux doivent s’engager dans un grand plan de convergence de leurs systèmes informatiques, afin de pouvoir mieux communiquer entre eux. Mais actuellement ils fonctionnent avec des plateformes informatiques totalement différentes et ont donc de nombreux problèmes d’interopérabilité. SIX est justement spécialiste de l’interopérabilité, notamment dans le domaine militaire. Nous sommes capable de faire communiquer entre eux, sur le champs de bataille, de nombreux systèmes différents. Nous devrions donc être capable de répondre aux besoins des hôpitaux dans ce domaine. De plus, les technologies que nous avons développées l’ont été à l’aide de commandes venant de l’argent public. Il serait donc socialement équitable que cet argent investi dans le domaine militaire puisse maintenant servir dans le domaine civil, social et médical.
    • De nombreux besoins existent dans le transfert, l’utilisation et la sécurisation des données médicales. Nous avons des solutions qui pourraient être adaptées. Surtout que nous investissons dans le big data, la cyber sécurité, l’intelligence artificielle et toutes ces technologies trouvent dans ce domaine des applications. Nous pourrions jouer un rôle important, en y mettant, en plus, une responsabilité sociale et éthique quant à l’utilisation de ces données médicales, surtout que notre 1er actionnaire est l’Etat.
  • Concernant la GBU Transport, le cas de la vente avortée de RCS à LATOUR Capital montre un problème dans la stratégie de TCS. Tout d’abord, vouloir vendre cette activité à un fonds d’investissement était une erreur majeure de la part de Thales, pour le développement de l’activité industrielle. De plus pour la CGT, RCS doit se développer au sein de TCS, car de nombreuses synergies sont possibles entre RCS et les autres activités de TCS et même du Groupe. Mais là encore, la direction ne tire pas partie de son erreur, car elle continue de vouloir vendre RCS, certes en cherchant cette fois-ci un repreneur industriel. Pour cela, RCS risque d’être rapidement filialisée, afin de préparer le « paquet » pour une vente plus facile.

Pour toutes ces raisons, la CGT émet un avis défavorable.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *