LA LOI TRAVAIL N’EST PAS ENCORE VOTÉE !

Elle doit encore passer au Sénat du 13 au 14 juin, puis revenir à l’Assemblée Nationale, puis au Conseil Constitutionnel… Et ensuite il doit y avoir les décrets d’applications…

LA MOBILISATION EST PLUS QUE JAMAIS UTILE !

Plus de 70% des français sont opposés à ce projet de loi, si 70% des salariés rejoignaient les grèves et manifestations contre ce projet de loi, celle-ci serait retiré dans la journée, pour ensuite partir vers une négociation de réforme de progrès social !

REJOIGNEZ LA MOBILISATION EN MANIFESTANT A CHOLET

LE 26 MAI A 10H30 PLACE TRAVOT

Rendez-vous à 10H15 aux Tourniquets cotés parking Férié

3 raisons de se mobiliser contre ce projet de loi régressif, de dumping social

  • l’inversion de la hiérarchie des normes (des accords d’entreprises moins favorable que les conventions collectives qui seront moins favorable que la loi)
  • Des accords de compétitivité/flexibilité « offensif » (c’est-à-dire des régressions même si l’entreprise va bien)
  • La facilitation des licenciements économiques

PROPOSITIONS CGT POUR UN CODE DU TRAVAIL DU XXIéme SIECLE

Travailler moins pour travailler toutes et tous, et travailler mieux

Les gains de productivité permis par la révolution numérique doivent permettre de réduire le temps et la charge de travail. La seule réforme qui ait permis de créer des emplois, c’est la réduction du temps de travail et les 35h. Les 32h, la semaine de 4 jours, la 6ème semaine de congés payés comme l’encadrement strict des forfaits jours ou encore un vrai droit à la déconnexion sont autant de moyens d’y arriver.

Créer un nouveau statut du travail salarié

Pour empêcher le dumping et la mise en concurrence entre les travailleurs et travailleuses, il faut que les droits soient attachés à la personne et non plus à son contrat, pour garantir à toutes et tous le paiement de la qualification, un déroulement de carrière, une protection sociale ou encore l’accès à la formation professionnelle. Le salariat doit être étendu aux travailleurs et travailleuses soit disant indépendant-es qui sont en fait dans une relation de dépendance économique avec le donneur d’ordre.

Un management alternatif

Pour reconnaître l’autonomie, l’initiative et le travail en équipe, rompre avec les objectifs chiffrés et nous permettre de redonner du sens à notre travail.

Un droit de refus, d’alerte et d’alternative, pour adosser notre responsabilité professionnelle à l’intérêt général et nous permettre de refuser de mettre en œuvre les directives contraires à notre éthique professionnelle.

Ce que pourrait donner la loi travail à Thales

loi travail thales

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *