Négociations ARRCO et AGIRC: les propositions de la CGT pour les retraites complémentaires !

Une négociation importante s’est ouverte le 17 février 2015. L’enjeu est de taille puisque l’AGIRC compte pour l’essentiel de la retraite complémentaire des cadres et assimilés, et qu’il s’agit de rétablir les équilibres financiers de l’AGIRC et de l’ARRCO.

Pour mieux comprendre ce que sont les caisses de retraites complémentaire ARRCO et AGIRC, et l’enjeu de ces négociations, l’UGICT-CGT (Union Générale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens CGT) a réalisé 11 fiches pratiques, claires et explicatives. Vous pouvez les retrouver ici: http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/fiches-techniques-agirc

Dans cette négociation, le débat se polarise autour de deux possibilités :

  • baisser les droits à retraite, comme le veut le MEDEF
  • augmenter les ressources, pour financer des retraites de qualité comme le proposent les syndicats et notamment la CGT

La CGT et son UGICT proposent d’augmenter les ressources pour financer un bon niveau de retraite

  1. l’égalité salariale entre les femmes et les hommes:  La seule résorption de de la différence salariale entre les femmes et les hommes permettrait à la fois d’avancer sur la voie progressiste de l’égalité professionnelle et rapporterait par exemple, pour l’ARRCCO 7.4 Milliards d’euros d’ici 2020, soit plus que le déficit prévu à ce jour (7 Milliards).  Progressivement réalisée, le déficit de l’AGIRC, serait quant à lui réduit d’ici 2040 de 46 %.
  2. L’alignement des taux de cotisation: Appliqués pour la retraite au-dessus du plafond de la Sécurité sociale sur ceux pratiqués en-dessous : soit une augmentation de 0,93 point de la part salariale des cotisations AGIRC pour rétablir l’équilibre financier. Par exemple, cela représente pour un salaire mensuel de 4 000 € brut, 7, 72 € de plus cotisés chaque mois. Cette mesure suffirait à rétablir l’équilibre financier de l’AGIRC.
  3. L’instauration d’une cotisation strictement patronale: au taux de 10 %, sur les éléments de rémunération non soumis à cotisation dans les régimes complémentaires (intéressement, participation, épargne salariale, etc.) : d’ici 2040 les déficits de l’AGIRC seraient réduits de 24 % et de 74 % pour l’ARRCO.
  4. Taxer les revenus financiers à même hauteur que la cotisation salariale et moduler la contribution des entreprises selon leur politique d’emploi et de salaires, en pénalisant les plus restrictives en la matière, permettrait aussi de réduire ces déficits tout en déclenchant un cycle vertueux de gestion.

En agissant sur tous ces leviers il est à la fois possible non seulement de combler les déficits des caisses de retraites complémentaires mais d’assurer un bon niveau de droit à la retraite.

Vous pouvez télécharger le tract de l’UGICT-CGT : TRACT CAMPAGNE AGIRC

Et consulter le site de l’UGICT-CGT ( www.ugict.cgt.fr) et celui de la CGT (www.cgt.fr) sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres…

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *